Pourquoi une ZAP ?

Pourquoi une ZAP délocalisée à Chauvée en ce moment?

Suite aux événements du 20 juillet, et en attendant l’occupation du terrain du projet du Surf Park, nous vivons sur un terrain à Chauvé qui est un espace d’accueil des militant·e·s venu·e·s de divers horizons pour lutter contre le projet de #SurfPark de saint-père en Retz et préparer l’occupation à venir du site du projet avant les travaux prévus l’année prochaine si le projet persiste, mais c’est aussi un espace d’expérimentation des possibles et d’alternatives au capitalisme ainsi qu’à la marchandisation de notre société ouvert aux envies de chacun·e·s!

Nos objectifs sont clairs : stopper l’artificialisation des sols, préserver la biodiversité , l’avenir de nos enfants et expérimenter d’autres modes de vie plus durables.

Ce lieu est ouvert à toutes et à tous pour nous permettre également d’organiser des évènements culturels et nombre d’actions militantes (manifs, tractage, soirées-discussion, etc…)

Que fait-on sur la ZAP ?

Au delà de la lutte contre le projet, la ZAP est une Zone d’Autonomie Temporaire où l’on expérimente une vie collective qui ne repose plus sur les échanges marchands mais sur la coopération et l’auto-organisation des personnes qui y vivent ou y contribuent !

Nous y construisons lieux de vie, cuisine, toilettes sèches, un jardin potager, une mare, un atelier où les gens peuvent créer différents types d’artisanat.

Nous n’abandonnons pas l’idée d’occuper le terrain du projet

Nous ne sommes pas là pour nous approprier les terres. Mais nous considérons que les propriétaires ne sont pas les seul·e·s légitimes à décider de l’avenir des terres paysannes. Et c’est pourquoi nous refusons que la société ne réduise encore plus les terres paysannes par un chantier destructeur. Les travaux devraient démarrer début 2020, c’est pourquoi il est urgent de se mobiliser !

Notre présence n’est que PROVISOIRE : nous resterons seulement le temps nécessaire à l’abandon du projet, jusqu’à ce que les terres retrouvent leur vocation agricole.

Nous avons besoin de renfort pour préparer l’occupation à venir !

Est ce que les zapistes volent les terres des agriculteur·ice·s ? 

L’agriculteur a accepté de partir en échange du double de terres agricoles (intéressement du paysan à ce que le projet se fasse) et son bail se termine fin 2019. La plupart de ces terres ne sont plus à vocation agricole, mais sont considérées comme des terres de loisir par le PLU depuis décembre 2018 : ce changement n’est pas du fait des zapistes. 

Nous luttons pour préserver ces terres afin qu’elles restent à vocation nourricière. 

Sur le long terme, nous pensons que ces terres doivent bénéficier à nos enfants et non pas juste à une poignée d’individus. Pourtant, certains iront jusqu’à dire que « nous abîmons les terres »… Mais sachez que nous sommes une ZAP nomade qui met le respect et la préservation de la nature (permaculture, tri des déchets, récupération, etc…) au centre de notre démarche écologique.

Nous sommes tous et toutes concerné·e·s par les projets inutiles. Nous sommes donc dans notre droit et devoir de dénoncer la bétonisation de nos campagnes. 

Ensemble, préservons les terres agricoles !